« Acquisitions : pourquoi certaines transactions n'aboutissent-elles pas ? »

Une nouvelle étude réalisée par la Cass Business School et Intralinks révèle des indicateurs d’échec significatifs.

7,2 % des transactions de M&A annoncées l’année dernière ont échoué : c’est le taux d’échec mondial le plus élevé depuis le début de la crise financière de 2008. Pourquoi le risque d'échec est-il plus élevé pour certaines transactions ? Quels facteurs sont des indicateurs significatifs d'échec d'une transaction ? Comment les acquéreurs et les cibles peuvent-ils augmenter les chances de réussite de leur transaction ?

Pour tenter d'apporter une réponse à ces questions, le M&A Research Center de la Cass Business School – City, University of London et Intralinks ont analysé 78 565 transactions annoncées au cours des 25 dernières années, impliquant 102 396 acquéreurs et cibles au total. Pour mettre en perspective les résultats de la recherche, nous avons également invité 40 professionnels des M&A à travers le monde à partager leur point de vue.

Les conclusions publiées dans ce rapport présentent :

  • Les cinq indicateurs significatifs d'échec des transactions de M&A publiques et les quatre indicateurs significatifs d'échec des transactions de M&A privées
  • Les stratégies que les acquéreurs et les cibles peuvent mettre en œuvre pour éviter le piège d’une transaction échouée
  • La façon dont les taux d’échec des transactions varient selon la région, le pays et le secteur
  • La façon dont les événements inattendus peuvent impacter la réussite d'une transaction
L’échec des transactions représente un fardeau immense et nuit à l’image des acquéreurs et des cibles. Notre recherche, qui identifie les indicateurs les plus significatifs des transactions échouées, aidera les parties prenantes d’une transaction à augmenter les chances de réussite de l’opération. 

— Philip Whitchelo, Vice-Président chargé de la stratégie et du marketing produit Intralinks

5 December 2017